• Bricqueville-Sur-Mer

    Bricqueville-Sur-Mer

Histoire et patrimoine

Histoire

C'est depuis l'époque néolithique que le site de la commune a été occupé. Des fouilles archéologiques effectuées en 1995, au nord des Salines, l'ont révélé.

L'origine du nom même de Bricqueville remonte au début de l'occupation de l'actuelle Normandie par les vikings au Xe siècle : Brekki Villa (le domaine de Brekki).

On peut penser que ce Brekki était un guerrier d'origine scandinave auquel des terres avaient été concédées par Rollon ou ses successeurs en récompense de services rendus.

Historiquement, Bricqueville apparaît pour la première fois en 1145 dans l'acte de fondation de l'abbaye d'Hambye par Guillaume Paynel qui est cité comme en étant le seigneur. Le fief de la grande seigneurie de Bricqueville relève alors de l'abbaye du Mont-Saint-Michel, dont l'abbé Richard concéda à titre gratuit par une chartre datée du 6 octobre 1238, aux habitants des paroisses riveraines du hâvre de la Vanlée l'usage : de la tangue, sable, joncs, pâturage,marais, dunes et mielles, varech en mer. Donation perpétuelle, inaliénable, l'abbaye en conservant la nue-propriété, laquelle passa à l'état républicain, qui se substitua à l'abbaye sur le plan juridique. Elle ne fut pas vendue comme bien national. Elle est donc propriété de l'état, avec toutes les conséquences juridiques qui semblent ne pas avoir été modifiées jusqu'à présent (voir l'étude de M. Frémin).

Les huit fiefs qui constituaient la paroisse de Bricqueville-près-la-Mer appartenaient à deux seigneurs différents : les Paynel auxquels succédèrent les Halluin de Piennes puis les Montgomery pour les fiefs de Bricqueville, de Saint-Éloy, des Mézières et de Sey et les seigneurs de Chanteloup pour les fiefs de la Saucée, d'Annoville, de la Vallée et de la Motte.

À ces deux seigneuries correspondaient deux sections de la paroisse : la grande portion ou portion majeure dite de Saint-Vigor dont le curé était présenté par le seigneur de Bricqueville et la petite portion ou portion mineure dite de Saint-Jean dont le curé était présenté par le seigneur de Chanteloup.

Une ancienne tradition veut que les deux curés aient disposé à l'origine chacun d'une église : l'église Saint-Vigor pour l'un au Bourg et l'église Saint-Jean pour l'autre au Village Maire, à 2 km à l'ouest. Une croix de granite érigée en 1953 signale l'emplacement présumé de cette dernière qui semble avoir disparu depuis longtemps et ce au moins depuis le milieu du XVIIe siècle.

Les deux portions fusionnèrent au moment de la Révolution. C'est également à cette période que l'ancien nom de Bricqueville-près-la Mer disparaît au profit de celui de Bricqueville-sur-Mer donné à la nouvelle commune dont le territoire fut augmenté peu après de Sainte-Marguerite-près-la-Mer, au nord du territoire, qui avait préalablement été érigée en commune peuplée de 258 habitants en 1793, ce qui porta la population de Bricqueville à 2361 habitants en 1800.
Cette population n'était pas constituée uniquement de cultivateurs, il y avait depuis plusieurs siècles, de nombreux sauniers qui produisaient une importante quantité de sel (sel ignifère obtenu par évaporation, par feu de bois, de l'eau d'une saumure elle même obtenue par le rinçage du sable imprégné de sel laissé par la marée). Travail saisonnier, fatiguant et dangereux pour la santé des sauniers, mais rentable grâce au privilège du quart bouillon. Cette activité décrût à partir du quatrième quart du XVIII siècle, pour s'éteindre vers 1830. Il en reste le souvenir par le nom d'un village : "les Salines"

[source : wikipedia] complétée par Pierre Gottignies

patrimoine.

Le Havre de la Vanlée (site naturel classé en 1987). Ce site servit en 1975 de décor pour le tournage de Grand-père Viking du réalisateur Claude-Jean Bonnardot. Ce téléfilm sera diffusé en six épisodes en janvier et février 1976.
L'église Saint-Vigor, du XIXe siècle, est en pierre, le chanoine Béhier explique que cette église a été construite avec les pierres de la vieille église et celles de l'église de sainte Marguerite, abandonnée depuis longtemps et menaçant ruine. Les pierres en question étaient gratuites, ainsi que le charroi assuré bénévolement par les bricquais. Elle dépend de la paroisse Notre-Dame-de-l'Espérance du doyenné du Pays de Granville-Villedieu.
L'église Saint Vigor médiévale étant vétuste et demandant des réparations onéreuses, la décision fut prise en 1874 de construire une nouvelle église sur un terrain situé de l'autre côté de la place communale. La construction commencée en 1876, fut terminée en 1878. Tous les bricquais y participèrent car la commune n'étant pas riche, on utilisa pour la construction, les pierres de l'anciennes église, que l'on démolit et celle de l'église sainte Marguerite, désaffectée et menaçant ruine, matériaux gratuits. Pour ce faire la population fournit un travail bénévole, notamment pour le charroi de ces lourdes charges. Ce qui diminua beaucoup le montant des dépenses et permit à ce modeste village de disposer d'une église vaste et bien construite qui mérite une place de choix dans le patrimoine de notre commune et même celui du département de la Manche.

SOURCES :
Etude juridique et historique du hâvre de la Vanlée par monsieur André Frémin.
Bricqueville-sur-mer par le chanoine Pierre Béhier ED. OCEP 1975.
Les anciennes salines de la baie du mont saint Michel par A. L'Homer et CH. Piquois ED. Siloë 2002.

COORDONNEES

Mairie de Bricqueville-Sur-Mer
1, Place de la Mairie Bricqueville sur Mer 50290 France
Courriel : mairie.bricqueville-sur-mer@wanadoo.fr
Tél : 02 33 61 65 10
Fax : 02 33 61 02 66
Web : http://www.bricqueville-sur-mer.fr

HORAIRES

• le lundi, mardi, mercredi et jeudi matin : de 9h00 à 13h00,

• le mardi après-midi de 14h30 à 19h00,

• le jeudi après-midi de 16h30 à 18h00,

• le vendredi matin : de 09h00 à 12h30.